Philip Morris se lance dans la bataille de l’e-cigarette en Europe

marktenPhilip Morris International se lance dans la bataille de la cigarette électronique. Le numéro un mondial du tabac, qui distribue notamment hors des États-Unis les Marlboro, commercialisera aussi les e-cigarettes de sa maison mère (Altria Group). Depuis le mois d’août 2013, Altria a imité d’autres industriels du tabac en lançant MarkTen, sa propre cigarette électronique, dans les États américains de l’Indiana et de l’Arizona. Selon les accords entre les deux firmes, Philip Morris en sera le distributeur exclusif à l’international.

Ce n’est pas forcément sous ce nom que le reste du monde la découvrira : Philip Morris est libre de la baptiser à sa guise pour s’adapter aux marchés locaux. Il est même autorisé à utiliser la célèbre marque Marlboro pour attirer encore plus de fumeurs prêts à vapoter.

Le groupe a encore le temps d’affiner sa stratégie. Il prévoit en effet de ne commercialiser cette cigarette électronique qu’à partir du second semestre 2014. Il marchera alors dans les traces de ses rivaux British American Tobacco avec sa Vype, déjà commercialisée en Grande Bretagne, et d’Imperial Tobacco Group qui a racheté les brevets de Dragonite, la société du chinois Hon Lik, le fameux inventeur de la première e-cigarette.

En retour, Philip Morris International concède à Altria l’exclusivité pour les États-Unis de deux nouveaux produits qu’il a conçus, mais qui doivent encore obtenir outre-Atlantique l’autorisation de la FDA (Food & Drug Administration). Selon le fabricant, leur potentiel de développement serait encore plus important que celui des cigarettes électroniques: ils ressemblent davantage aux cigarettes classiques mais sont moins nocifs, car ils chauffent le tabac au lieu de le brûler. Philip Morris prévoit de tester la commercialisation des cigarettes issues de cette technologie dans quelques grandes villes internationales au second semestre. Le premier lancement à l’échelle d’un pays ne se ferait qu’en 2015.

Bonne ou mauvaise nouvelle, les industriels du tabac cherchent par tous les moyens à prendre pied sur le marché de la e-cigarette et des produits alternatifs, afin de compenser la baisse de leurs ventes en volume aussi bien aux États-Unis que dans le reste du monde. Victimes des politiques de santé publique antitabac et de la hausse des taxes, les ventes de cigarettes de Philip Morris ont chuté de 5,3 % sur les neuf premiers mois de l’année.

Quelques questions que l’on peut se poser : est ce que l’arrivée de ces très grands industriels dans la bataille va permettre d’améliorer la qualité et de baisser les coûts des produits ? N’y a t’il pas un risque de voir arriver sur le marché des e-liquides rendant hyper-dépendant, quand on sait que beaucoup de vapoteurs change souvent d’e-liquide et aspire à totalement se passer de nicotine ? Qu’en pensez vous ?

Source de la news : Le Figaro via Supervapoteur

Arrêter de fumer avec la cigarette électronique ?

CigaretteUne question revient souvent dans la bouche des fumeurs qui désirent passer à la cigarette électronique : « Est ce que je vais enfin arrêter de fumer ? ». On entend parfois les chiffres de 75% de réussite alors que certains sont beaucoup moins optimistes. S’ils ne sont pas totalement inventés, ces  chiffres reposent bien souvent sur des sondages en ligne auprès d’une population limitée, dont la valeur scientifique est donc tout autant limitée.

Une étude scientifique récente (publiée en septembre 2013) a cherché à établir ce qu’il en était réellement. Publiée début septembre dans le journal médical britannique The Lancet, cette étude néo-zélandaise suggère « que la cigarette électronique est comparable au patch à la nicotine pour aider les fumeurs à arrêter sur une période d’au moins six mois ». Cet essai, conduit sur un total de 657 fumeurs voulant arrêter la cigarette, montre une efficacité un peu plus grande pour la cigarette électronique mais la différence a été jugée « statistiquement non significative ». 7,3% des fumeurs ayant testé durant 13 semaines la e-cigarette ont en effet réussi à cesser totalement de fumer du tabac, contre 5,8% pour ceux qui ont utilisé des patchs à la nicotine. >> Lire la suite