Le sport et la cigarette électronique font-ils bon ménage ?

Flickr_cc_runner_wisconsin_uL’ouverture des Jeux Olympiques d’Hiver à Sochi est une bonne occasion pour présenter les effets de la cigarette électronique sur la pratique du sport.

Les effets du tabagisme sur la performance sportive sont bien sûr négatifs et prévisibles. la cause essentielle est le niveau de monoxyde de carbone dans la fumée de cigarette qui réduit la quantité d’oxygène absorbée dans la circulation sanguine du fumeur, et réduit les niveaux d’oxygène fournie pour le système du corps.

Face à ce constat, il n’est pas rare aujourd’hui de voir des sportifs s’essayer à la cigarette électronique pour réduire ou supprimer totalement leur consommation de tabac dans le but de l’amélioration des performances. Mais qu’en est il réellement ? Est ce que la cigarette électronique ne dégraderait pas elle aussi les performances ?

En fait, on trouve sur Internet de nombreux témoignages de sportifs amateurs ou professionnels comme celui-ci (le témoignage complet est disponible ici) :

Voila bientôt 3 ans que je me suis mis à la cigarette électronique, vous me croirez ou non, tous les effets indésirables de la clope se sont dissipés. Plus de toux indésirable, plus de poumons qui sifflent et la récupération fut bien meilleure, sans parler de l’effort en lui même : bien plus long et agréable, sans douleurs dans les poumons.

Une autre réponse à la question est cette interview parue dans Paris Match en septembre 2013, dans laquelle le docteur Konstantinos Farsalinos, cardiologue au centre de chirurgie cardiaque Onassis à Athènes, explique :

Nous avons réalisé pour la première fois une étude qui évalue les effets immédiats de la cigarette électronique sur la capacité des artères coronaires à délivrer du sang et de l’oxygène au muscle cardiaque. Nous les avons comparés à ceux de la cigarette de tabac dont nous savons, grâce à des études antérieures, qu’elle est nocive pour le cœur. Nous avons observé qu’après deux cigarettes de tabac, le flux sanguin diminuait significativement (16%) et la résistance au flux augmentait (19%), ce qui n’est pas recommandé. Avec la cigarette électronique, ces valeurs restent stables : aucun effet indésirable n’est observé. Nous avons aussi mesuré le monoxyde de carbone dans le sang (carboxyhémoglobine) et constaté que les fumeurs avaient des taux 3 à 4 fois supérieurs à ceux des vapoteurs, avant même de fumer, et qu’ils augmentaient encore de 15 à 20% après avoir fumé une cigarette de tabac. Chez les vapoteurs, aucune augmentation du monoxyde de carbone n’a été observée.

La cigarette électronique permet donc de mieux respirer et de mieux récupérer, mais il faut quand même faire attention :

Ne jamais fumer pendant l’heure qui précède ni les 2 heures qui suivent une pratique sportive


C’est une des 10 règles d’or des cardiologues du sport. On devra aussi la respecter quand on vapote car la nicotine entraîne une hyperexcitabilité cardiaque, qui peut provoquer une mort subite chez les sportifs qui consomment de la nicotine (sous toutes ses formes) dans les instants précédant ou suivant l’effort. Elle favorise la sécrétion d’hormones telles que l’adrénaline et la noradrénaline, qui sont néfastes pour le cœur en pleine récupération.

On rappelle aussi que, bien que le propylène glycol et la glycérine ne peuvent pas être considérés comme toxiques dans la mesure où ils entrent déjà dans notre alimentation, leur inhalation sous forme de vapeur dans les poumons, via la e-cigarette, n’a pas été étudiée sur le plan médical pour ses effets à long terme.

Conclusion : vous vous êtes mis à la cigarette électronique ? Profitez en pour vous vous remettre au sport, mais ne vapotez jamais juste avant ou après l’exercice !